Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

54 ans de dépendance, à quand l’indépendance ?

Posté par: Moustapha MBAYE| Jeudi 03 avril, 2014 22:52  | Consulté 1860 fois  |  9 Réactions  |   

Notre cher Sénégal a dépassé l’âge de la maturité, malheureusement il se comporte toujours comme un nourrisson qui se contente des mamelles de l’occident pour survivre. Ce gros bébé refuse de prendre son destin en main, de croire aux bras de ses fils et espérer un imminent  décollage.   

Axelle Kabou avait bien raison de se demander et si l’Afrique refusait le développement ? Cette interrogation est loin d’être saugrenue, elle taraude l’esprit du citoyen averti, qui se préoccupe du développement de son pays. L’Afrique, particulièrement le Sénégal a les potentialités de sortir des entrailles du sous développement. S’il arrête de se comporter comme une marionnette à la remorque de l’occident.

Apres 54ans d’indépendance, la France est à jamais présente dans nos frontières. Sous le couvercle de la coopération, les puissances occidentales construisent et déconstruisent par mont et par vaux, dictent leurs lois et préservent leurs intérêts. Cela se comprend dans un pays où pour la réalisation d’une infrastructure, il faut nécessairement faire appel à l’expertise chinoise. Si c’est un projet, s’endetter ou quémander pour sa concrétisation. Ce qui s’est passé tout récemment avec le club de Paris en est une parfaite illustration. Certains, plus naïfs on cru que la délégation Sénégalaise va rentrer avec des milliards en poche.

Après plus d’une moitié d’un siècle, on importe pour se nourrir, dans un pays qui a 9 millions d’ha de terres cultivables et un nombre considérable de jeunes. Jusqu’à présent l’auto suffisance alimentaire reste un rêve. Même pour s’habiller, c’est l’occident qui nous ouvre son armoire.

Peut-on parler de l’indépendance de l’Afrique ? Quand la grande Bretagne est réclamée en Serra Léone,  quand la France démocratise la cote d’ivoire à coups de fusil et pourchasse les touaregs au Mali, quand le Libéria demande de l’aide aux Etats Unis, quand l’occident a son candidat dans nos élections, quand nos dirigeants sont traduits devant la CPI. Il faut plutôt parler de dépendance. L’Afrique est comme une malade dans l’hôpital de l’occident, ses frais d’hospitalisation permettent à l’hôpital de fonctionner alors elle ne sera jamais guérie. L’émergence de l’Afrique nécessite au préalable l’indépendance économique, politique et culturelle. Cela n’est pas une sinécure et ne saurait être amorcée que par la ferme volonté de nos dirigeants et l’abnégation résolue des citoyens à les accompagner. Certes, aucun pays ne peut vivre en autarcie, mais il y’a un minimum à préserver pour ne pas être totalement dépendant des  puissances ou perdre sa dignité et se déguiser en mendiant qui quémande pour vivre. Ironie du sort, ce mendiant est assis sur une mine d’or, alors il ne mérite pas qu’on s’apitoie sur son sort.

tafart@hotmail.fr

 

      

 

 L'auteur  Moustapha MBAYE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (9)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Atypico En Avril, 2014 (09:21 AM) 0 FansN°:1
Proverbe russe d'avant la chute du mur : "Moins il y a de vodka, plus on parle vodka". Comment parler d'indépendance économique d'un pays comme le notre ou même de la France à heure de la mondialisation du capitalisme en crie, à l'heure où la Chine "pays émergent modèle" est devenu le banquier des USA et pour ne pas couler elle - même e doit de les soutenir ? Au lieu de cultiver les mythes anciens qui n'ont conduit qu'à s'auto dévaloriser il serait temps de chercher à être intelligemment inter - dépendants !
Bakhao En Avril, 2014 (09:31 AM) 0 FansN°:2
le probléme ce n'est pas l'indépendance mais la dépendance désolante qui nous bloque. Merci Moustapha
Xeme En Avril, 2014 (20:33 PM)0 FansN°: 1231723
Fabrique de milliardaires (Suite et Fin)
« Derrière chaque grande fortune, il y a un grand crime », Honoré de Balzac.
Dans les textes précedents, y compris celui sur les milliardaires sénégalais (qui a été censuré), j’ai fait un tour du monde avec quelques exemples de fabriques de milliardaires. Le tour a été guidé par le souci de toucher une large game de façon de faire. Ce qui m’a fait choisir des exemples en Russie, Chine, France, USA, Brésil et Méxique. Ce tour a aussi permis de voir des circonstances qui ont motivé la fabrique de ces milliardaires. L’arrivée de Mitterand au pouvoir avait entraîné une rétention des capitaux ayant entraîné une raréfaction de l’argent. Mais au lieu de sauter sur la facilité d’accuser ses précédeurs d’avoir fait circuler de l’argent sale qu’il a arrêté, Mitterand a fabriqué son investisseur en la personne de B. Tapie. J’ai rappelé l’apport de Diouf à la fortune d’Aliou Ardo Sow par le projet Golf du Technopole et récupération des terrains en face de la Pharmacie Golf. J’ai évoqué le voyage de Macky aux Emirats avec des privés sénégalais, tout en soulignant que ce fut des privés privilégiés sur d’autres. Et dans les deux cas, j’ai dit bravo. Ces exemples rappelés seront importants pour la compréhension de la suite.
Pourquoi les états fabriquent-ils des milliardaires ? Un rappel de quelques notions de botanique.
Lorsque vous circulez dans les herbes sèches de nos savanes, des épines de cenchrus (khâkhâme en Wolof et hébéré en Poular) s’accrochent à vos habits, en général au pantalon. Vous vous en rendez compte loin du lieu d’accrochage. Vous les enlevez et les jetez. Mais à la prochaine pluie, c’est là où vous les avez jetées qu’elles germeront. La plante vous a utilisé comme moyen de transport pour emporter sa graine à germer dans un autre endroit de la terre que là où elle était, tout comme elle aurait utilisé tout animal ou oiseau passant. Les botanistes vous diront que la plante (Khâkhâme) a développé une stratégie pour coloniser la surface de la terre. Elle n’est pas seule à le faire. Le calotropis (Paftane en Wolof et Baamwaami en Poular) garnit ses graines de duvets, ouvre ses bulbes que le soleil sèche et laisse le vent détacher ses graines à duvets et les emporter le plus loin possible de leur mère. Ces graines germeront là où elles tomberont. Certains arbres et plantes utilisent les oiseaux comme moyens de transport de graines. Certaines graines sont consommées par les animaux pour ensuite être rejetées là où les animaux rumineront ou défequeront. Ainsi chaque plante, ou arbre disperse ses graines à tout vent. Mes parents Poulars disent : « Yo Alla sar leñol saaka. Mbele dho nedhdho yehi fof tawa toon banndum », (Qu’Allah disperse et éparpille la famille, la race, l’ethnie. Pour que quelque endroit où on sera on y trouve un parent).
Et lorsqu’une plante occupe une surface donnée de la terre pour y avoir, au préalable, dispersé ses graines, lorsque toute la famille germe et se développe, la phase finale du processus consistera à conjuger les efforts pour étouffer le développement de toute plante autre que la famille. Première étape : disperser les graines (le maximum pour minimiser les pertes). Deuxième étape : conjuguer les efforts et étouffer les autres.
Je disais merci à Abdou Diouf, pour avoir (directement ou indirecement) renforcer Aliou Ardo qui a lancé Yérim Sow. Et cela a permis à la presse sénégalaise de titrer fièrement : « Yérim Soww investit 10 milliards dans l’hôtellerie au Bénin ». Par cette voie, le Sénégal vient d’accrocher son khâkhâme au Bénin.
Et comment le Sénégal l’a-t-il réussi ? Comme la plante, il y a eu la phase de garniture de la graine en épine, l’utilisation d’un moyen de transport, après, il y aura la germination. Une phase de travail interne et une phase d’assaut vers le monde extérieur. Le poète Senghor aurait parlé « d’Enracinement puis d’Ouverture ». Dans le monde de la culture de Senghor, « le Rendez-vous du Donner et du Recevoir », l’enracinement est une condition siné qua non pour donner. Sinon, on ne fera que recevoir, on sera le consommateur de la culture des autres. Similairement, au rendez-vous de la mondialisation économique, tout pays a intérêt à fabriquer ses propres forces économiques, ses milliardaires, disons ses khâkhâmes, pour le prochain combat… d’étouffement.
Si nous avons bien compris, maintenant, quel est le rôle du FMI et de la BM pour les économies occidentales ? Pour leurs milliardaires ? La réponse c’est : porteurs de khâkhâmes. Oui, porteurs de khâkhâmes. Un pays a besoin de prêt, le FMI ou la BM fixent leurs conditions : privatisations, et ce sont les entreprises qu’ils portent sur leurs ailes qui seront acquereurs ; ou marchés de travaux que les mêmes entreprises doivent gagner. Dans tous les cas, ils accrochent leurs khâkhâmes dans les pays demandeurs. Au même titre que ces institutions, les présidents aussi se déplacent toujours avec des pools d’entrepreneurs, des khâkhâmes qu’ils cherchent à accrocher quelque part. Les armées occidentales (françaises en général) qui interviennent en Afrique, ont toujours derrière le dos des entreprises à implanter, encore des khâkhâmes. Et pendant que cela se fait, les discours qu’on nous tient font croire que c’est par pure amour pour nous que ces interventions se font. Un indice pour prouver ce mensonge. Jamais les indices de valeurs françaises n’ont baissé en bourse parce qu’elle s’apprête à intervenir au Mali ou en RCA. Si nos politiques disent que la France y perd par amour pour nous, les spéculateurs en bourses n’y croient pas.
Ça, si les sénégalais ne l’ont pas compris au point que c’est chaque graine qui détruit l’autre graine de la même famille, les pays du monde, eux, l’ont compris et oeuvrent dans ce sens. Voilà ce qui explique la fabrique des milliardaires dans tous les pays du monde. Voilà qui explique que, la fabrique de milliardaires étant vitale pour le prochain rendez-vous de la mondialisation économique, les pays se sont faits très peu regardant sur la manière de faire leurs milliardaires, l’essentiel étant d’en faire. Si les sénégalais s’empêchent, donc, les uns les autres, d’être des khâkhâmes, alors, ils seront des porteurs de khâkhâmes.
Nous venons de comprendre que la fabrique de milliardaires est une qualité d’un dirigeant et non un défaut. Si certains sénégalais l’avaient compris, ils n’auraient pas reproché à Wade d’avoir dit qu’il a fabriqué des milliardaires, ils auraient nié qu’il l’ait fait. La fabrique de milliardaires est nécessaire pour ne pas être un pays consommateur au rendez-vous de la mondialisation de l’économie.
On peut comprendre un pouvoir, au Sénégal, qui veut assainir les finances pour une circulation d’argent « propre », pour une fabrique de milliardaires en argent « propre ». On peut comprendre, mais on attend un échec certain. Pourquoi ? Parce qu’une hirondelle ne fait pas le printemps. Dans un monde où ces notions d’argent propre n’existent pas, le Sénégal seul ne pourra les faire exister. Le tenter serait une voie absolument certaine de mise en banqueroute de la république. Comment ? Si on refuse à ses nationaux cet argent dit sale, il faut refuser l’entrée d’argent sale venant des milliardaires étrangers, pour assurer une propreté. Et alors, aucun franc n’entrera au Sénégal. Parce que j’attends qu’on me déniche un franc propre dans le monde dans le sens où chaque fortune doit justifier tout franc.
Et pendant ce temps, combien de khâkhâmes français sont accrochés au Sénégal ? Combien le pouvoir actuel a trouvé déjà décrochés et qu’il a raccroché ? Alors, demain l’étouffement de l’économie sénégalaise ? A qui la faute ?
Science sans conscience n’est que ruine l’âme.
Bujuman En Avril, 2014 (14:01 PM) 0 FansN°:3
quant on veut penser le changement, on change le pansement.
Anonyme En Avril, 2014 (08:34 AM) 0 FansN°:4
A quand l'indépendance c une question qui ne suicite pas de debat car la réponse se trouve en nous.Nous les africains ns ne savons q'une chose c copier les colonisateurs
Bana En Avril, 2014 (09:38 AM) 0 FansN°:5
MERCI Anonyme c´est parceque certains, la majeure partie entre nous ne voulons RIEN qu´attendre et, tendre les mains---le minimum qui est l´hygiéne nous n´en voulons pas aussi ( khéssal, solou reck rien d´autres)----salut á tout lecteur
Aki En Avril, 2014 (17:19 PM) 0 FansN°:6
Les noirs d'amerique demandent *réparation* contre les crimes de l'esclavage...nous les africains, le colonisateur demande réparation concernant les biens qu'il a laissé à notre disposition et on est entrain de payer. Maintenant on nous parle de Sénégal émergent et que nous sommes le troisiéme pays du monde producteur de zircon et aussi l'or 22k de Sabadola exploité par les canadien sur l'accord de la France..A qui la faute?
Jaliba En Avril, 2014 (20:18 PM) 0 FansN°:7
Je vois que monsieur n'aime pas le débat contradictoire, mais je répète qu'on ne saurait construire notre modèle sur une culture qui ne reconnaît pas notre littérature. Je vous rappelle que les œuvres de nos érudits dont vous parlez sont à ce jour interdites en Arabie Saoudite alors que même à Rome on peut enseigne les œuvres de Serigne Touba. Wassalam.
Anonyme En Avril, 2014 (23:07 PM) 0 FansN°:8
SENEGAL REMAIEMENT SUR REMAIEMENT IL FAUT ARRETER ...
PERSONNE ENTR VOUS NE PEUT jAMAIS QUE MIMI ENRAI DE FAIR
NI APR NI PDS

Ajouter un commentaire

 
 
Moustapha MBAYE
Blog crée le 28/01/2014 Visité 138126 fois 24 Articles 1093 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
Et Wade dégringola de son piédestal
Que cachent ces mouvements de soutien à Karim Wade
Locales 2014 : faut-il enterrer Benno Bokk Yakaar ?
Alerte : le sexe est devenu l’opium du peuple
10 points pour bien communiquer en couple.
Commentaires recents
Les plus populaires
Lettre à Annette la collégienne : « toute femme a sa fortune entre ses jambes »
Ce qu’il faut éviter quand on veut séduire
10 points pour bien communiquer en couple.
Alerte : le sexe est devenu l’opium du peuple
Quelques astuces pour reconnaitre que votre partenaire vous trompe